Eveil et parentalité positive

Commencer par être bienveillant avec soi

Parce que devenir parent est un véritable bouleversement de vie qui nous oblige souvent à dépasser nos limites, à braver la fatigue et à revoir le sens de nos priorités, apprenons à lâcher prise, à déculpabiliser et à être bienveillants envers nous-mêmes et les autres parents.

En tant que parents, nous nous sommes tous sentis, un jour, coupables de ne pas avoir réussi à effectuer tous les objectifs qu’on s’était fixés, d’avoir perdu patience avec nos enfants, de ne pas avoir été assez présents pour eux… Nous nous inquiétons des conséquences de nos comportements sur nos enfants car, nous avons, nous-mêmes, été profondément marqués par les comportements de nos parents.

Mais, cette culpabilité devient toxique lorsqu’elle est trop lourde à porter car, elle peut conduire à des burn-out parentaux. Elle l’est tout autant pour nos enfants, qui ressentent absolument tous nos changements émotionnels. 

Dès lors, essayons davantage, quand cela est possible, de :

  • appliquer les principes de la parentalité positive ;
  • faire confiance à notre instinct parental ;
  • arrêter de comparer nos familles aux autres parents et enfants ;
  • échanger avec d’autres parents sur nos bonheurs mais aussi sur nos difficultés ;
  • prêter attention à nos propres besoins et prendre soin de nous (lorsque nous sommes reposés, nous sommes plus à l’écoute de nos enfants) ;
  • diminuer nos attentes et le niveau de celles-ci ;
  • oublier la figure du parent parfait ;
  • nous recentrer sur notre rôle parental (ne pas rendre son enfant heureux en toutes circonstances, mais lui fournir les clés pour créer son propre bonheur) ;
  • lâcher prise et faire confiance à notre enfant ;
  • privilégier un entourage qui nous encourage au lieu de nous critiquer ;
  • canaliser sa culpabilité d’une manière positive (se dire qu’on ne refera pas les mêmes erreurs).

Finalement, les “bons” parents sont ceux qui :

1) acceptent d’être en apprentissage et en évolution permanente (nous ne cessons d’apprendre sur nous-mêmes et nos enfants) ;

2) reconnaissent que les enfants donnent la force de se remettre en question et nous font grandir.

Aussi, réapprenons à nous écouter les uns les autres.

One Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.